La facilitation graphique, quand le dessin architecture la pensée

C’est avec plaisir que je me suis rendu hier soir au Cara Lyon pour suivre un atelier d’initiation à la facilitation graphique animé par Romain Couturier.

La facilitation graphique est une nouvelle méthode de représentation des idées permettant de minimiser le risque de mauvaises compréhensions. Elle aligne les pensées pour être sûr que tout le monde discute sur les mêmes bases. Elle travaille donc sur l’écoute et la formalisation des idées et est au cœur du coaching et de la mémorisation.

 

Après une petite introduction nous avons commencé à créer notre bibliothèque graphique. Comment dessiner un homme, un arbre, une réunion, un Scrum Master ? Ce premier exercice nous a permis de nous prouver qu’il n’est absolument pas nécessaire de savoir dessiner pour utiliser cet outil. Tout le monde a le même niveau, celui qu’il avait à 12 ans et c’est amplement suffisant. Dans la seconde partie nous avons travaillé en binôme pour essayer de faciliter graphiquement une histoire racontée rapidement par notre binôme. Nous avons alors touché du doigt plein de petites difficultés et expérimenté des solutions de façon instinctive. Certains ont raconté leurs vacances, décrit une personne de leur famille … Le sujet étant libre nous avons eu au total 61 facilitations complètement différentes.

Enfin le débriefing de nos expériences facilité par romain pour obtenir une fresque de cet atelier.

 

La facilitation est basée sur trois composantes qui sont l’écoute, le dessin et l’architecture. Elle permet de représenter graphiquement des concepts et des idées sur une page en les liant entre eux par des connecteurs. C’est avant tout un travail d’écoute pour pouvoir architecturer et représenté ce qui se déroule. On peut alors utiliser toutes les formes d’écoutes du coaching pour saisir l’information.

J’utilise la facilitation graphique personnellement pour modéliser les conférences, ainsi en un simple coup d’œil je retrouve toutes les idées et la trame de l’orateur. Cependant comme l’a énoncé romain hier, il est d’autant plus facile de faciliter graphiquement une conférence ou un meeting que l’orateur ou la structure du meeting est claire.

La représentation graphique d’une idée vient toucher une partie de la mémoire émotionnelle, certaines personnes étant plus réceptive à ce type de représentation c’est une solution viable pour communiquer. Romain souligne aussi le fait que cette facilitation est une extension du discours et qu’il n’est pas vraiment possible de saisir son contenu dans l’intégralité sans avoir participé à l’événement ou avoir l’histoire racontée en parallèle.

Cet atelier m’a donné envie d’aller plus loin, dans la construction de ma bibliothèque graphique, dans l’amélioration de mon écoute, mais aussi dans la structuration de mes idées. Une expérience que je recommande vivement à tous ceux qui ont marre des comptes rendus littéraires, des synthèses verbeuses et du cadre standard des réunions.

Cet atelier m’a aussi fait penser à une rétrospective graphique collaborative que j’ai animé il y a quelques temps que vous trouverez ici.

Merci à Romain et au Cara  pour cet atelier passionnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *